Mercredi 2 avril 2014 3 02 /04 /Avr /2014 06:32

FH photo 14 001

Communiqué de Fabrice Hoarau
Candidat aux élections municipales
Commune de Saint-Louis


Mesdames, Messieurs,
Chers (es) citoyennes et citoyens,
Chers(es) camarades,

Le premier tour des élections municipales de 2014 a livré ses résultats. Sur Saint-Louis ces derniers ont placé cinq candidats en position de se maintenir pour le second tour avec plus de 10 % des suffrages exprimés.

Je fais partie de ces cinq candidats et je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont apporté leur confiance.

Dans ces conditions j’aurais pu me maintenir sans discussion. Cependant dans un souci de faire barrage à M. Cyrille Hamilcaro, j’ai, dès dimanche soir, souhaité l’alliance des quatre composantes des listes conduites par Jean PIOT, Pierrick ROBERT, Philippe RANGAMA et moi-même.

Cette alliance à quatre composantes représente bien plus que 50% des suffrages. Elle doit se faire dans le respect des traditions républicaines autour du candidat arrivé en tête.

Pour aboutir à ce résultat je tiens à dire que je ne maintiendrais pas ma candidature pour le second tour mais je reste disponible pour faciliter ce rassemblement au sein duquel je ne réclame aucune place particulière.

J’appelle les responsables des listes concernées à tout mettre en œuvre pour s’entendre et aboutir à cette alliance. Je demande à l’ensemble des militants (es) à rester fidèles à notre camp politique.

Au delà des militantes et militants, je lance un appel à la mobilisation des forces de progrès de Saint-Louis et de La Rivière pour faire barrage à M. Hamilcaro le dimanche 30 mars prochain.

Fait à Saint-Louis, le 25 mars 2014 à 9H30.

Par Fabrice HOARAU - Publié dans : Communiqué de Presse
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 février 2014 7 16 /02 /Fév /2014 15:44

Ce blog de Fabrice HOARAU restera sans publication durant toute la période électorale qui vient. Le staff de campagne n'utilisera pas ce blog et vous donne rendez-vous sur les moyens de communication suivant:

Sur facebook : la page de la campagne est alimentée en continu et n'attend que vos "j'aime" pour étendre son action sur le lien suivant: https://www.facebook.com/fabricehoarau.candidat2014

 

Vous avez aussi la possibilité d'avoir des infos sur youtube à l'adresse suivante TVFabrice HOARAU : le lien:  http://www.youtube.com/channel/UCeVR4UdEtaUkSvwG2Di_hDg

 

Toute l'équipe de campagne ainsi que Fabrice HOARAU vous remercient pour votre compréhension et surtout pour votre soutien pour l'élection municipale qui vient.

MERCI

Par le staff de campagne - Publié dans : Articles politiques
Voir les 0 commentaires
Lundi 2 décembre 2013 1 02 /12 /Déc /2013 12:56

Lundi dernier, le 25 novembre 2013, le préfet de la Réunion a annoncé la décision du gouvernement de répondre favorablement à la volonté exprimée par les Riviéroises et les Riviérois, en annonçant la création de la 25ème commune de La Réunion pour l’année 2014.

Depuis des décennies, le PCR a mis dans son projet les découpages communaux qui doivent permettre un meilleur accès à l’administration pour tous les citoyens des écarts de nos grandes villes. Le travail effectué par la municipalité de Saint-Louis sous le majorat de Claude HOARAU et l’adhésion de la population au projet de création de la commune de La Rivière ont abouti à cette décision du gouvernement. Celle-ci vient aussi répondre à un engagement du Président de la République formulé par ce dernier lors de son déplacement électoral à La Réunion et plus précisément à Saint-Louis.

Certains détracteurs du projet lui opposent la tendance nationale, où l’Administration cherche à regrouper des communes et non à les diviser. Il est absurde, pour les éternels- ou opportunistes- partisans du « non », de vouloir créer une nouvelle commune à La Réunion.

Mais de quoi parle-t-on ?

La Réunion compte aujourd’hui 24 communes pour 821000 habitants soit une moyenne d’environ 34000 habitants par commune. La France compte selon les chiffres officiels environ 65,5 Millions d’habitants au 1er Janvier 2013 (INSEE) pour 36769 communes ce qui fait une moyenne d’environ 1780 habitants par commune. Ces chiffres suffiraient à eux seuls à faire apparaître l’absurdité des comparaisons.

!cid CFF27107-5F5B-4498-8FA5-A3B2248DEAA5@home

Mais d’autres arguments plus poussés pèsent en faveur d’un redécoupage « à La réunionnaise ».

 A La Réunion la plus petite commune est Saint Philippe avec 5086 habitants. En France, seules 2108 communes sur les 36769 ont plus de 5000 habitants soit 5,7%. Cela veut dire que notre plus petite commune fait partie des 2108 communes les plus grandes de France, paradoxalement.

De plus, 34661 communes en France ont moins de 5000 habitants soit 94,3%,

31519 communes en France ont moins de 2000 habitants soit 85,7%

Encore 26920 communes en France ont moins de 1000 habitants soit 73,2%.

On comprend mieux, à la lueur de ces données, pourquoi la tendance au regroupement domine au niveau national. Il y a des milliers de très petites communes qui auraient tout gagner en se regroupant entre elles…voire même, ne pourront survivre en demeurant des hameaux de quelques maisons, désertifiés par l’exode rural.

Mais La Réunion ne se situe dans aucun de ces cas de figure.

La commune de Saint-Louis compte environ 52000 habitants. Saint-Louis fait donc partie des 120 plus grandes villes de France ; Saint-Louis appartient donc à l’infime minorité des 0,32% des communes les plus grandes de France. Son découpage donnerait deux communes :

- Saint-Louis avec 29000 habitants qui ferait partie des 282 communes les plus grandes de France. Saint-Louis ferait partie des 0,76% des communes les plus grandes

- La Rivière avec 23000 habitants qui ferait partie des 385 communes les plus grandes de France. La Rivière ferait partie des 1% des communes les plus grandes.

L’argument du « rapetissement », invoqué par certains opposants au projet, ne tient pas.

De plus, un autre paramètre que celui de la population doit être pris en considération: il s’agit des superficies des territoires :

La France compte environ 552000 km² pour 36769 communes soit 15 km² par commune.

La Réunion avec ses 2512 km² a une moyenne par commune de 104 km².

En résumé, la superficie moyenne d’une commune de La Réunion représente celle de 7 communes de France regroupées. Or, nous le savons, la géographe de notre île est très accidentée, et qui plus est, héritée de l’histoire. Nous vivons en réalité dans des territoires autrefois créées pour délimiter les grands territoires sucriers. Les conséquences ne sont pas seulement d’ordre historique et culturel. Elles sont très concrètes : trop de Réunionnais dépendent du centre-ville, des institutions centrales, et donc des transports, des encombrements et des intempéries. Cette inégalité géographique aboutit à une inégalité générale : les habitants des centres sont plus avantagés en terme de rapports à l’Administration, peuvent s’y rendre sans problème. Pour les autres, ceux des écarts ou des quartiers, c’est la galère…

Un découpage archaïque rompt donc les Réunionnais devant le service public. Celles et ceux qui investissent leur énergie à essayer de faire capoter les projets, soit par des recours, soit par des intrigues de bureaux, feraient mieux de se mettre à la place des citoyens qui doivent prendre le bus, se taper les embouteillages, sacrifier des journées entières pour accomplir la moindre formalité ou avoir rendez-vous avec les élus. Mais sans doute sont-ils plus intéressé-e-s par l’idée de devenir les gros pontes de véritables domaines sur lequel règne M. ou Mme le Maire, comme dans le temps longtemps.

Je pense pour ma part que le temps des ombrelles et des chaises à porteurs est passé; autrement dit, vouloir que La Réunion se dote de territoires à échelle humaine  constitue à mes yeux l’un des signes de renouvellement politique. Ainsi, je regrette que des comparaisons fallacieuses avec la situation métropolitaine tiennent le haut du pavé, à l’heure où l’occasion se présente de faire avancer, enfin, nos territoires et notre pays. Je reste donc convaincu, au-delà des victoires électorales qui sont aléatoires, qu’il faut à La Réunion procéder à des découpages communaux ; La Rivière est un premier pas, décisif. La création de La Rivière commune est donc, au-delà de la volonté populaire et politique, une nécessité administrative, et humaine.

 

 

Fabrice HOARAU

Par Fabrice HOARAU - Publié dans : Tribunes libres
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 25 novembre 2013 1 25 /11 /Nov /2013 14:19

Mesdames, Messieurs,

Le gouvernement, par l’intermédiaire du préfet de La Réunion, vient d’annoncer, pour la première fois officiellement, sa décision de créer la 25ème commune de La Réunion : La Rivière.

Le communiqué du préfet publié ce jour sonne pour tous ceux qui souhaitent voir naître leur commune comme une grande victoire. Ce communiqué de la préfecture est clair et ne souffre d’aucune ambiguïté : la commune de La Rivière sera créée en 2014.

Néanmoins, devant le risque de recours pouvant être formulés par certains opposants, et voulant sécuriser au maximum le processus, l’Etat, en concertation avec le Maire de Saint Louis, a décidé de ne créer la commune qu’après les élections municipales de 2014. Toute la procédure juridique reste à ce jour inattaquable, et les recours éventuels ne pourraient porter que sur l’annonce tardive de la décision par l’Etat.

Les riviéroises et les riviérois n’oublieront pas ceux et celles qui, ouvertement ou en misouk, ont fait retarder la création de La Rivière. Pour ma part, et dans l’attente de l’avènement de notre commune, je suis plus que jamais engagé et déterminé auprès des riviérois pour préparer l’avenir.

!cid CFF27107-5F5B-4498-8FA5-A3B2248DEAA5@home

Sur le plan politique, la décision de l’Etat a une conséquence immédiate : une seule élection municipale aura lieu, sur l’ensemble de la commune de Saint Louis. Il n’y aura donc, évidemment, qu’une seule liste conduite par le PCR. Dans l’hypothèse de la création de la nouvelle commune, le Parti communiste réunionnais avait sélectionné deux candidats, propositions ratifiées par les militants des sections de Saint-Louis et de la Rivière. Les camarades de Saint-Louis avaient désigné Jean Piot, à une large majorité. J’avais moi-même recueilli une large adhésion de la part des militants de La Rivière. La création de la commune repoussée de quelques mois, Saint-Louis demeure l’épicentre de la bataille électorale qui se déroulera en mars ; et c’est, encore une fois, dans le cadre d’une bataille saint-louisienne que devront être défendus les intérêts des Riviérois.

C’est pourquoi j’appelle les militants des deux sections communistes, les sympathisants et l’ensemble du peuple de gauche, à Saint-Louis comme à La Rivière, à se rassembler derrière la candidature du camarade Jean Piot. Désigné par les militants, celui-ci est appelé à être maire de la commune de Saint-Louis et maire de la future nouvelle commune de Saint-Louis. C’est avec enthousiasme que je me joindrai à cette bataille pour les intérêts de La Rivière et de Saint-Louis, canton où je suis arrivé en tête lors du scrutin législatif de 2012. En ma qualité de Secrétaire Général du PCR, j’appelle l’ensemble de nos camarades à faire front, dans l’unité la plus complète, pour empêcher le retour de la droite à Saint-Louis et à La Rivière, et parachever ensemble le travail considérable accompli pour créer la 25eme commune.

Fabrice HOARAU

Le 25 Novembre 2013

Par Fabrice HOARAU - Publié dans : Tribunes libres
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 18 novembre 2013 1 18 /11 /Nov /2013 11:37

Nous vivons dans une île pluri-culturelle, pluri-cultuelle et surtout pluri-ethnique. Tout le monde et notamment les notables gouvernementaux, entre autres, aiment à prendre pour exemple La Réunion comme une société du savoir vivre ensemble et de métissages, où se côtoient églises, temples, mosquées.

 

Aujourd’hui au-delà de l’Océan, dans la prétendue mère-patrie, dans le prétendu « Pays des droits de l’Homme », nous constatons un nombre croissant de dérapage, que les commentateurs ont pris l’habitude de considérer comme isolés…et qu’il suffirait, sous-entend-on, de « dénoncer ». On remarque tout de même que les sorties de routes se multiplient ; et que les dernières en date visent une personne en particulier. Et il est évident qu’il ne s’agit plus de quelques « dérapages », mais bien de l’œuvre de groupes de personnes, inspirées et inspiratrices de tout un fatras de propagande qui se trimballe sur le Web : vidéos, pages Facebook, sites de soi-disant ré-information, etc.

  Taubira

Pourquoi cet acharnement ? Pourquoi avoir pris comme cible, Madame TAUBIRA ? Le prétexte tout trouvé est sa loi sur le mariage pour tous… mais cette loi n’est-elle pas celle d’un gouvernement ? N’est-elle pas celle d’un président de la République qui l’avait promis dans sa campagne ? Alors ! Pourquoi cet acharnement sur une enfant, française de l’outre-mer ? Surement parce que dans le conscient de ces mêmes patriotes, chacun doit être à sa place. On se souvient qu’un dirigeant du FN avait essayé de prouver qu’il n’était pas raciste par l’argument suivant : il employait des noirs et des métis à son service ! Les esclavagistes aussi, pourrait-on rétorquer…

 

Alors ! Où est mon pot ? Celui des années 80 qui arborait fièrement les pin’s de toutes les couleurs vendus pour la cause pour la toute nouvelle association « SOS Racisme ». Où sont tous ces révoltés, étudiants, lycéens et collégiens des années 80 qui scandaient haut et fort « touche pas à mon pote » et le portaient fièrement sur leur poitrine comme écrit au feutre indélébile à l’intérieur de la pomme des mains ? Trente ans plus tard, divisés par une société sans scrupules, entre chefs d’entreprises, cadres, fonctionnaires, employés du privés et chômeurs, chacun essaie d’améliorer ou de conserver ses conditions de vie. Chacun essaie de vivre et beaucoup tentent ne serait-ce que de survivre dans cette société de consommation qui créé l’individualisme. Où est donc passé « mon pote » ? Celui qui prônait la France pour tous et la France de tous. Aujourd’hui, nos ainés qui sont morts pour la France libre, nos ainés des outre-mers qui se sont tous battus pour la France doivent se retourner- pour la énième fois- dans leur tombe.

 

 

Eh ! Mon pote … où es-tu ? 

Par Fabrice HOARAU - Publié dans : Tribunes libres
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés